Crédit en Belgique: emprunter avec microStart et Crédal (même interdit bancaire)

Crédit en Belgique: emprunter avec microStart et Crédal (même interdit bancaire)
3 (60%) 7 votes

Un prêt personnel pour interdit bancaire (chez MicroStart), ce n’est pas si courant que cela. Emprunter en Belgique quand on a pas les reins assez solides, c’est souvent mission impossible, sauf à passer par un organisme de prêt d’argent spécialisé comme le Crédal ou bien encore microStart. Pour les français qui ont du mal à emprunter en France et qui voudraient aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, sachez que ces prêts ne s’adressent pas aux français mais aux personnes vivant sur le territoire Belge uniquement.

Faire un crédit en Belgique : qui est microStart ?


On est en plein dans la micro finance, et dans tout ce qu’elle peut apporter aux exclus du système, qui ne savent pas comment faire pour s’en sortir. Car quand on n’a pas de boulot, que l’on touche les minimas sociaux, comment aller voir sa banque pour lui demander de l’aide pour monter un projet professionnel, même si celui-ci tient la route ?

Mais être exclu du système n’est pas une fatalité, et on peut trouver une main tendue, même en Belgique. C’est ce que propose microStart aux futurs entrepreneurs qui n’arrivent pas à emprunter dans un schéma « classique ». Derrière elle, on trouve des poids lours de l’initiative économique, comme l’ADIE, qui s’appuie sur l’aide, le soutien et le financement de la banque BNP Paribas-Fortis.

Les micro-crédits de microStart

Il ne suffit pas d’avoir besoin d’argent pour s’adresser à elle. Il faut qu’il y est un vrai projet pro derrière, qu’il s’agisse d’une création d’entreprise, de la reprise d’une franchise, ou d’une volonté d’être indépendant et de créer son propre emploi.

Le financement est situé dans une fourchette assez large, puisqu’on peut aussi bien emprunter 500 euros que 15000. Attention, qui dit emprunt dit remboursement, il faudra donc que les affaires marchent, raison pour laquelle il faut mettre l’accent sur la viabilité du projet.

Cet argent pourra servir à beaucoup de choses

A s’acheter une petite voiture pour pouvoir travailler, à acheter des machines, ou bien du stock, ou bien même à apporter la trésorerie nécessaire à un lancement réussi. La durée de l’emprunt n’est pas très longue, et les remboursements ne pourront pas excéder 3 ans.

Des frais de dossier et une contribution de solidarité, évoluant avec la somme empruntée seront à ajouter au coût du crédit (5%). Celui-ci n’est pas forcément bon marché, les taux étant proches des 9%.

Conditions et démarches à suivre

Les sous ne sont pas octroyés par magie. Les entrepreneurs qui font appel à microStart vont devoir convaincre de l’intérêt et de la faisabilité du projet professionnel en question. Si l’entreprise existe déjà, il est aussi possible de déposer un dossier pour la développer.

Enfin, seuls ceux qui n’ont pas accès au crédit bancaire du fait de leur situation peuvent postuler, et à priori, plutôt des petits entrepreneurs. Ces derniers devront trouver quelqu’un qui se porte caution pour la moitié de la somme. Possibilité est aussi offerte d’emprunter à plusieurs. Alors, microStart, le réseau social du crédit ?

Dans quelles villes sont situées les agences ?

Elles sont ben réparties sur le territoire belge, et on ne les trouve pas qu’à Bruxelles, même s’il est vrai qu’il y en a une dans la capitale. On peut aussi pousser la porte d’une agence de micro crédit à Gand, à Anvers, à Charleroi et à Liège (et aller manger une gaufre par la même occasion).

Qu’en est-il pour les personnes fichées à la BNB ?

Même les personnes fichées à la Banque Nationale de Belgique peuvent emprunter. Et ça, c’est un grand pas pour l’homme ! Ce micro crédit est à peu près le seul qu’il est possible d’obtenir dans ces conditions là. Bien sûr, cela suppose une totale transparence de la personne fichée au moment de faire sa demande. Il ne sert à rien de faire l’autruche et la franchise est hautement recommandée.

Fichage BNB

En parler à son conseiller permettra aussi de mettre en place les solutions pour ne pas être surendetté, étape qui guette bien des personnes fichées à la BNB. Parmi ces solutions, on peut par exemple recourir à un médiateur qui va contacter les personnes auxquelles on doit de l’argent pour obtenir des remises de dettes ou bien un peu plus de temps pour les régler.

Le micro-crédit social du Crédal


C’est la deuxième bonne nouvelle belge. Mais qu’est-ce que le Crédal ? C’est un organisme coopératif qui va s’intéresser de près à tous ceux que la société rejettent. Pour une fois, l’argent n’ira pas seulement vers les plus riches.

Le Crédal fait des prêts. Jusqu’ici, rien d’exceptionnel. Sauf que ces prêts vont permettre à ceux qui font du social, du culturel, de l’écologique de développer leurs projets : particuliers, associations, entreprises (avec une attention toute particulière portée aux femmes), tous sont les bienvenues du moment que leur demande est faite dans le but d’apporter une petite valeur ajoutée à ce monde qui manque cruellement d’humanité.

Même les exclus du système bancaire y ont droit ! Même ceux qui ont de tout petits revenus ! Grâce à l’action de la coopérative, beaucoup ont pu se servir de cette main tendue pour aller mieux.

Pour les entrepreneurs : le micro crédit professionnel

Les indépendants ont décidément bien de la chance en Belgique, à condition d’être de Bruxelles ou de la Wallonie. Car quand on veut créer sa petite entreprise, il faut de l’argent, et quand les banques ne veulent pas en prêter, il y a le micro crédit ! Le projet doit quand même être solide, le plan de financement devant être bien préparé, avec des besoins totaux supérieurs à 75000 euros.

Cela ne veut pas dire que le Crédal va mettre cette somme à votre disposition, car les prêts vont jusqu’à 15000 euros, mais ça montrer que vous allez aussi devoir convaincre d’autres personnes d’investir dans votre dossier. Possibilité d’emprunter pour investir, pour le fonds de roulement, ou pour la trésorerie. Là encore, les taux ne sont pas « donnés » : 6% + de 3 à 5% de frais de dossier.

credit social credal

La demande se fait au moyen d’un dossier, très complet, qui comprendra notamment votre CV ainsi que la description détaillée du projet. Allergiques aux chiffres, passez votre chemin ! Même chose pour les interdits bancaires, puisqu’il faudra demander à la Banque Nationale de Belgique  un extrait de fichage à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP). La demande est traitée rapidement (dans les 2 semaines) et l’argent vient très vite derrière.

Pour les particuliers

Mais les entrepreneurs ne sont pas les seuls dont on s’occupe au Credal. Les particuliers peuvent aussi y trouver une oreille attentive, à condition d’être allocataire social (chômage, allocation handicapée…) dans un premier temps, et avoir de petits revenus dans un second (travailler à mi-temps, en intérim, à temps partiel…).

Il ne faut pas gagner plus de 1100 euros par personne. Le projet doit concerner le quotidien, comme des travaux énergétiques pour faire des économies par exemple. Attention, comme pour les indépendants, il ne faut pas être inscrit sur la centrale des crédits aux particuliers auprès de la BNB.

Le crédit ne doit pas être fait pour n’importe quoi, mais pour améliorer le bien être

C’est vrai que le champ des possibilités est vaste, et on peut y fourrer tout un tas de domaines : la santé, l’emploi, son véhicule, l’équipement du logement, son confort… Les prêts vont jusqu’à dix mille euros, ce qui permet quand même de voir venir. Le taux est de 4,50% pour les habitants de la région Wallonne, et de 5% pour ceux qui résident à Bruxelles. La capitale n’a pas que des avantages…

Pour faire sa demande, il faut téléphoner, le contact physique avec un conseiller se fera dans un second temps. Conter 6 semaines le temps que tout se mette en place, de la demande à la réception de l’argent. Pour des besoins urgents de liquidités, ce n’est donc pas la meilleure solution.

2 Comments

  1. Farid
  2. webmaster

Discussion